Créer, c’est partir dans d’autres mondes mais c’est aussi en faire venir à soi. Rien ne se fait sans qu’il n’y ait de l’amour mais aussi de la tendresse et des blessures. La solitude, souvent, nous amène à mieux circonscrire des détails que dans une foule endiablée on n’apercevrait même pas. Que savons-nous au juste de la matière ?

 

Nouveauté
Parution en octobre 2019
 
 
CERTES ! LA NUIT NE PORTE PAS TOUJOURS CONSEIL...
1 maquette_certes recto.jpg

 

L'écriture est un voyage initiatique dans les différentes demeures de l’âme, rien n’est jamais imposé, le voyageur peut toujours rester dans le monde profane. Comme le peintre, créateur de couleurs et d’évocations audacieuses, l’écrivain peut inscrire des moments hors du temps dans les mémoires. L’auteur et l’artiste font prisonnier ce qui désarme un grand nombre, rendant le quotidien moins redoutable. De Vinci à Pissarro, de Ronsard à Dostoïevski — et tant d’autres... — les créateurs perpétuent des notions marginales qui s’inscrivent dans la mémoire universelle. Acquiesçant, pour l’exemple, à ceux qui firent la vallée des rois, les dieux doivent parfois s’amuser des défis des mortels. Laissons à Rimbaud le soin de traverser le ciel en météore par une belle nuit d’été, et n’en demandons pas plus pour être pardonné de notre immoralité d’exister…